PORTRAIT AUDEPRÉSENTATION

Le principal moteur d’Aude c’est la conviction et la passion. Comme elle le dit si bien « Quand je m’occupe d’un designer, d’une fondation ou d’un événement c’est que j’y crois. ». Aude affiche un parcours atypique mais toujours cohérent : à 16 ans, elle ouvre une librairie puis tient un stand au marché Malik des Puces de St-Ouen, avant de travailler quatre ans en agence de publicité pour des marques de luxe et de sport, puis neuf ans dans l’édition presse et la production audiovisuelle. Depuis plus de 20 ans c’est dans la communication et les relations média qu’elle exerce sa passion : à la tête de sa propre structure, Papyrus, créée en 1992, au sein de l’agence 14 septembre (où elle crée le département « paysage, design et culture ») et maintenant avec AKC Relations medias.

En 1998, en collaboration avec Fabien Bonillo, elle crée les Puces du design. Elle se passionne ensuite pour le design et les jardins, elle travaille notamment, en 2000, sur la première exposition du design extérieur contemporain en Bourgogne , Dehors les designers ! . Son envie de  « faire bouger les choses » l’a pousse à s’engager auprès de designers comme Alexis Tricoire,  « J’ai toujours pensé que le paysage était porteur d’avenir. De même j’ai cru très tôt au mariage entre design et végétal. »

Il faut dire qu’elle a été à bonne école. Sa rencontre avec Jean Paul Pigeat, le génial inventeur du festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire, mort en 2005, est déterminante. « Jean Paul a été mon mentor. Le festival -dont elle s’est occupée pendant douze ans-, représentait tout ce que j’aimais, la création, l’innovation, l’architecture, le jardin bien sûr mais aussi l’international. » explique celle qui a vécu sept ans en Espagne.«  Quand j’ai un nouveau client, il faut que j’aille voir ; Si c’est un jardin j’y vais même en décembre, si c’est un produit je visite l’usine, je veux voir comment c’est fabriqué rencontrer ceux qui travaillent car j’ai beaucoup de respect pour les savoir faire. » Ainsi, au château de La Ballue, en Bretagne, c’est en demandant quand se faisait la grande taille des topiaires qu’elle a l’idée d’ouvrir le parc aux visiteurs pendant cet opération et d’en faire un événement, Topiaires, l’art et la manière. (2009). Ce mélange d’intuition, de passion et d’expérience lui permet d’élaborer une stratégie de communication efficace pour des coûts raisonnables. «  On peut faire de grandes choses sans dépenser des sommes folles. » Comme éclairer les jardins très géométriques du parc du château de Villandry avec des bougies ( « les Nuits des Mille feux »).

De plus, son expérience dans la pub lui a appris l’importance du visuel.  « J’essaye toujours de convaincre mon client d’investir dans de belles images et de faire appel à des photographes professionnels. Surtout aujourd’hui, où nous sommes totalement dans la culture du visuel. L’image fait partie de l’écriture de l’information. » En effet, la communication évolue avec l’émergence de nouveaux médias, internet, les réseaux sociaux «  Il faut réinventer nos outils de communication, construire des documents à plusieurs niveaux de messages. » Là encore l’expérience d’Aude Charié dans la publicité lui est précieuse : trouver le bon titre, hiérarchiser l’information, bien éditer un dossier pour en faire un document vraiment utile à des journalistes de plus en plus pressés, autant d’exigences qui lui paraissent essentielles dans un métier en pleine mutation.

Publicités